Les Folles

LES FOLLES

création sept. 2017

Parcours poétique de résistance
Durée 1h30 – Tout public à partir de 10 ans

Dans cet astucieux triptyque composé de deux solos et d’une exposition, La Mue/tte rend un vibrant hommage aux mères argentines, qui depuis quarante ans se mobilisent pour savoir ce qu’il advint de leurs enfants disparus durant la dictature militaire.
Point de Croix est une métaphore de la pugnacité de ces femmes au foulard brodé, tandis que Silencio es salud rappelle, à partir d’archives, la brutalité et le cynisme des dirigeants responsables de la disparition de 30 000 personnes.

Deux spectacles sans paroles, augmentés d’une exposition Broder pour résister présentant des photos historiques, une reconstitution d’une « marche de la résistance » en marionnettes et un court film animé.

Dans ce spectacle protéiforme, entre théâtre, manipulation d’objets, jeu d’ombres et projections, Les Folles convoque le souvenir dans un poème visuel engagé dans la transmission d’une mémoire récente et pourtant fragile.

DISTRIBUTION

Conception, construction, mise en scène, jeu : Delphine Bardot, Santiago Moreno
Musique et dispositif sonore : Santiago Moreno
Costume et construction : Daniel Trento
Construction et broderie : Lucie Cunningham
Création lumière : Phil Colin
Broderies : étudiants en Brevet des Métiers d’Art et CAP Broderie (2016/2017) du lycée Paul-Lapie de Lunéville
Regards extérieurs : Nicole Mossoux (Point de croix) et Jacopo Faravelli (Silencio es salud)
Regard complice : Amélie Patard (Point de croix)
Regard magique : Benoit Dattez (Silencio es salud)
Production : Claire Girod
Assistante de production : Aurélie Burgun

PARTENAIRES

Coproduction : TGP, Scène conventionnée pour les arts de la marionnette de Frouard ; CCAM, Scène nationale de Vandœuvre-lès-Nancy ; La Méridienne, Scène conventionnée pour les écritures croisées de Lunéville ; Le Passage, Scène conventionnée Théâtre et Objets de Fécamp ; Le Sablier, Centre national de la marionnette en préparation, Ifs et Dives-sur Mer ; La Manufacture, CDN Nancy-Lorraine ; Transversales, Scène conventionnée cirque de Verdun.
Soutiens : Festival Mondial des Théâtres de marionnettes de Charleville-Mézières ; Le Mouffetard, Théâtre des arts de la marionnette de Paris ; Espace Bernard-Marie-Koltès, Scène conventionnée écritures théâtrales contemporaines de Metz ; Le NEST, CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est ; le LEM de Nancy ; La Muda, centre culturel de Buenos Aires (Argentine), le Lycée Paul-Lapie de Lunéville.
Ce spectacle a bénéficié de l’aide à la création de la Région Grand-Est, de l’aide à la production dramatique de la DRAC Grand Est et du soutien de la Ville de Nancy.

Pre/sse

Aude Lavigne, FRANCE CULTURE (Les carnets de la Création)

« Un spectacle magnifique avec une multitude de techniques et beaucoup d’ingéniosité. Une thématique hautement marionnettique : faire voir les disparus ».

Thierry Voisin, TÉLÉRAMA (TT)

« Dans un astucieux triptyque, composé de deux solos et d’une exposition, La Mue/tte rend un vibrant hommage à ces femmes devenues emblématiques de la défense des droits de l’homme. Delphine Bardot évoque celles qui ont choisi de broder pour résister, mêlant la douceur du geste à la férocité du drame, tandis que Santiago Moreno utilise des photos et des vidéos tirées d’archives qui rappellent la brutalité et le cynisme des dirigeants responsables de la disparition de 30 000 personnes. »

Gérard Rossi, L’HUMANITÉ

« Avec tact et talent la compagnie La Mue/tte rend hommage aux mères d’Argentine qui ont longtemps dénoncé la « disparition » de 30 000 de leurs enfants, pendant la dictature militaire.
Deux solos et un petit film pour en dire beaucoup, presque sans un mot. Au final, ces univers se complètent. Dans une gamme qui démultiplie et croise poésie et réalisme, sentiments et larmes, sourires et espoirs. Avec les deux comédiens, ces « folles » défendent le droit à la liberté et au respect humain, partout et toujours. Un bel hommage sensible, quarante ans après. »

Marie Soyeux, LA CROIX

« Dans ce spectacle, les corps des deux interprètes, associés aux objets, se retournent et se transforment à l’infini, parvenant à incarner de multiples personnages – et même des foules. »

Armelle Héliot, LE FIGARO

« Un diptyque ambitieux dont le thème est celui des mères argentines à la recherche de leurs enfants disparus ».

Mathieu Doctherman, TOUTELACULTURE.

« Les Folles réussit avec une maestria déconcertante à composer un poème visuel sur une étape sombre mais héroïque de l’histoire argentine. Fort et beau, virtuose et abouti.
La Mue/tte réussit ce tour de force de tout suggérer avec délicatesse et poésie, dans un spectacle protéiforme, entre jeu théâtral, manipulation d’objets, jeu d’ombres, projections…
On ressort ébloui par la palette de techniques maîtrisées par les deux interprètes, ému par le propos, plus fort du sentiment d’avoir été enrichi, dans l’esprit et dans l’âme, par une proposition intelligente et sensible ».

Annie Chénieux, LE JDD

« Le spectacle retient par sa force de suggestion, ses qualités inventives, la délicatesse, la beauté et la poésie des images, la profondeur de l’évocation et de l’émotion dégagée, douce et forte à la fois. »

Prochaine/ment

No Events on The List at This Time

Specta/cles

Share Project :

  • Categories:
  • Share Project :

X